Le nom français "consoude" provient des capacités de cette plante à accélérer la consolidation des fractures mais la consoude peut se manger ! Si comme moi, vous voulez en savoir plus sur les consoudes, allez voir ce qu'on peut lire sur wikipédia :
extrait :

Connues depuis l'antiquité comme plantes médicinales, elles ont été propagées le long des grandes routes européennes par les pèlerins et les gens du voyage. En vogue au XIXe siècle en Angleterre, elles ont connu un engouement depuis les années 1960 aux États-Unis et ailleurs pour leur intérêt thérapeutique et pour le jardin. Enfin, les horticulteurs ont développé des variétés ornementales dans le but d'obtenir des effets de massifs intéressants. On peut donc rencontrer les consoudes dans la nature, mais aussi dans les jardins, près des habitations, échappées des cultures ou au bord des chemins.

D'abord, cueillir les feuilles de consoude (ou les acheter à Véronique du Jardin de la source, à Coigneux, dans la Somme).
Faire une pâte à beignets avec :

  • 75 g de farine
  • 1 oeuf
  • 10 cl de lait
  • du sel

( quantité pour 6 feuilles )


D'abord il faut aplatir les feuilles au rouleau pour les attendrir. CRRR... ??!! ça crisse !
Ecraser le chèvre frais avec du sel, du poivre et des herbes au choix. L'étaler sur chaque feuille, rouler ou plier.


Cuire dans l'huile bien chaude. Poser sur un papier absorbant et manger avec une salade.


Un petit goût iodé assez surprenant, d'ailleurs la consoude n'est-elle pas surnommée sole végétale ? mais les feuilles sont restées un peu filandreuses. Peut-être aurais-je dû ôter la nervure centrale ?

une autre recette presque identique mais pour vous montrer comment assembler les feuilles différemment.